Nicolas Barrière, Mobsuccess : «Le mobile ajoute un aspect ludique à la publicité »


Chef de studio chez Mobsuccess, Nicolas Barrière explique comment il accompagne graphiquement les marques dans leur marketing local et comment le mobile permet de ré-inventer le storytelling de ses clients.


Pour les marchands, l’enjeu des années 2020 c’est la digitalisation de leur marketing local ?

NB – Chez les commerçants, le digital a effectivement pris beaucoup d’importance ces dernières années, notamment grâce au succès des mobiles et des réseaux sociaux. On l’a vu récemment avec Ikea ou Pages Jaunes, qui ont arrêté leur catalogue ou leur annuaire, au profit de canaux exclusivement digitaux. 


Avec des formats imprimés comme un prospectus ou un catalogue, on avait un très gros volume d’informations qui n’étaient pas hiérarchisées. Le mobile a l’avantage de pouvoir scinder les informations et ainsi de les rendre plus digestes.


Quelles sont les bonnes pratiques en publicité locale ?


NB – La première bonne pratique, c’est de hiérarchiser en mettant en avant l’information dominante.
Le téléphone offre également plus de possibilités techniques tels que le Swipe ou le systèmes des Stories né sur les réseaux sociaux. Cela va rajouter un côté ludique à la manière de consommer de la publicité.


Des campagnes qu’il faut retravailler ?


NB – Le client arrive souvent avec une charte graphique et des éléments de campagne qui sont déjà créés. Mais on s’autorise un retraitement pour les optimiser, notamment en ayant recours à l’A/B testing.
Et grâce au HTML ou au motion design, nous allons pouvoir accompagner les clients avec un storytelling, une histoire propre au mobile.


L’humain encore très présent dans la publicité programmatique ?


NB – Il y a une dimension conseil et expertise qui est évidemment présente. On s’appuie sur différents formats publicitaires et sur les éléments graphiques à notre disposition pour proposer la solution qui correspond le mieux à chaque marque.


Nous sommes une petite équipe mais on arrive aujourd’hui à gérer une campagne publicitaire en quelques jours – une semaine tout au plus- ce qui reste extrêmement rapide, si on compare ce délais à ceux du print, qui exigeait des semaines, et parfois des mois.

Laisser un commentaire

Previous Post

Retour en magasin: quelles perspectives en 2021?

Next Post

L’avenir du Drive to Store est-il multi-local ?

Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :